• Management,

[RDV UCLy Expert] Intelligence émotionnelle : retour sur la rencontre avec Vincent Goubier, enseignant-chercheur au CRESO

Publié le 27 mars 2019 Mis à jour le 28 mars 2019

Lors de ce RDV UCLy Expert, Vincent Goubier, Philippe Fournier et Dominique Vinay vous ont convaincu de l’intérêt développer vos capacités sensorielles, émotionnelles et spirituelles au service du management dans la complexité.

Date(s)

le 22 mars 2019

Ajouter à mon agenda 22-03-2019 22-03-2019 40 [RDV UCLy Expert] Intelligence émotionnelle : retour sur la rencontre avec Vincent Goubier, enseignant-chercheur au CRESO Lors de ce RDV UCLy Expert, Vincent Goubier, Philippe Fournier et Dominique Vinay vous ont convaincu de l’intérêt développer vos capacités sensorielles, émotionnelles et spirituelles au service du management dans la complexité.
Lieu(x)

Campus Saint-Paul

L'intelligence émotionnelle au service du Management Innovant

Borner la vie professionnelle à l'intellect, et cantonner le sensoriel et l’émotionnel à la vie privée est terriblement réducteur et absolument contre-performant. Dans la complexité croissante de nos organisations, un des enjeux est de mobiliser nos sens, nos émotions et notre esprit, pour mieux appréhender les situations et trouver des pistes d’action originales.

 

Sentir, c’est mobiliser nos sens. Nous avons des sens que, globalement, nous n’entraînons pas beaucoup, et en tous cas, que le système éducatif français ne nous aide pas à entraîner. Or pour être efficients, nos sens doivent être entraînés.

 

Ressentir, laisser s’exprimer nos émotions. L’émotion nous met en mouvement. Mais là encore, les émotions sont plus taboues qu’autre chose, que ce soit dans le système éducatif ou dans la vie professionnelle. Même si cela change doucement, notre société s’appuie sur l’illusion que l’on peut laisser ses émotions à la porte de l’entreprise.

 

On pourrait rajouter Comprendre évidemment, car comme le dit Antonio Damasio (L’erreur de Descartes, 1995) : « Le cœur a ses raisons, que la raison... n’ignore pas. Le cerveau qui pense, qui calcule, qui décide est aussi celui qui rit, qui pleure, qui aime,… ».

 

Donc sentir, ressentir, comprendre…

 

On pourrait aussi rajouter un mot qui indiquerait que notre esprit, notre âme, notre intériorité, en connexion avec plus grand que nous, est aussi à l’œuvre. Otto Scharmer (La théorie U, 2012) parle de Presencing (contraction de presence et sensing) et de connexion – se connecter à soi / à plus grand que soi.

 

Donc sentir, ressentir, se connecter, comprendre…

 

Deuxième partie de notre titre, l’intelligence émotionnelle…, la capacité à reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions et à composer avec les émotions des autres.

 

Compte-tenu de ce qui a été évoqué ci-dessus, c’est évidemment assez réducteur de parler d’intelligence émotionnelle pour qualifier l’intelligence sensorielle, émotionnelle, spirituelle.

Peut-être pourrions-nous lui préférer l’expression québécoise d’intelligence sensible ?

 

Troisième partie de notre titre, …au service d’un management innovant.

La complexité croissante nous impose d’innover dans notre manière de manager.

Les penseurs de la complexité nous invitent à penser complexe, relier plutôt que disjoindre, ne pas vouloir réduire les antagonismes, élargir le champ des questions plutôt que le réduire, complexifier nos représentations plutôt que les simplifier, sortir de nos cadres de référence habituels,… mais tout ceci reste de l’ordre de la pensée.

 

Le management de la complexité nous impose de sortir de ce champ, donc de ce que nous permettent nos capacités cognitives, pour mobiliser d’autres capacités dont nous sommes dotés, notre intelligence sensible, donc notre corps.

 

Notre préoccupation est donc d’essayer de repérer comment nous pouvons développer nos compétences sensorielles, émotionnelles, spirituelles, nos SES skills - comme il y a des hard skills et des soft skills - au service d’un management différent, globalement plus performant, dans et avec la complexité croissante de nos organisations.

 

Philippe Fournier, chef d’orchestre avec son piano, nous a bien montré et surtout fait sentir et ressentir comment, lorsque nos capacités rationnelles ne sont pas en mesure de répondre à une sollicitation, nous faisons confiance à ce que nous appelions à une époque notre cerveau droit, et que cela marche ! Le résultat est bien au rendez-vous.

 

Pourquoi donc ne pas systématiser cette mobilisation, et face à un challenge, convoquer immédiatement nos "SES skills" au même niveau que nos capacités de raisonnement et d’analyse ?

 

 

C’est à cette découverte que nous vous invitons…

 

 

Vous souhaitez mieux vous connaître en tant que manager et développer votre intelligence sensible ?

 Rejoignez l’UCLy et son module de formation continue :

"Sentir, ressentir, comprendre pour innover dans le management de la complexité"

2 jours pour entraîner ses capacités sensorielles, émotionnelles et spirituelles afin d'innover en matière de management pour être toujours plus performant.